Mulâtres et Métis du Monde Index du Forum

Mulâtres et Métis du Monde
Bienvenue sur ce forum destiné aux Métis, à leurs parents, enfants et familles.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un bicentenaire fêté dans la crise

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mulâtres et Métis du Monde Index du Forum -> Lecture -> Revue de presse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MéliA438
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2008
Messages: 462
Localisation: Canada
Âge: 28
Féminin
Origines: Afrique/Antilles

MessagePosté le: Sam 20 Déc 2008, 00:43    Sujet du message: Un bicentenaire fêté dans la crise Répondre en citant

HAïTI 200 ans après son indépendance,
l’île est l’un des pays les plus pauvres du monde
Un bicentenaire fêté dans la crise
Pour marquer le bicentenaire d’une indépendance chèrement acquise en 1804 contre les troupes de Napoléon Bonaparte, la fête aurait pu être glorieuse. Mais elle s’est déroulée dans un pays à l’économie exsangue déchiré par une crise politique majeure au milieu des violences.
Deux siècles après son indépendance, le pays le plus pauvre du continent américain qui compte 7,9 millions d’habitants, conjugue tous les traits du sous-développement : drame démographique avec 2,3 % d’accroissement annuel de la population, catastrophe sanitaire avec le sida, une couverture médicale déficiente et des taux de mortalités infantile et maternelle très élevés, drame social avec plus des deux tiers des Haïtiens vivant sous le seuil de pauvreté, et écologique avec moins de 3 % de la couverture végétale originelle subsistant.
Depuis 1804, la volonté de presque tous les chefs d’Etat, même ceux démocratiquement élus, de se maintenir au pouvoir par la force, ajoutée à de sanglantes luttes internes, ont lourdement hypothéqué le développement du pays. Mais l’inconséquence des dirigeants et des élites politiques haïtiennes n’est pas seule responsable.
De l’ostracisme des dirigeants blancs du XIXe siècle contre le seul Etat antiesclavagiste d’un continent qui abusait du travail forcé, au lourd tribut financier réclamé par la France pour indemniser ses colons, en passant par un embargo international désastreux de 1991 à 1994 et d’actuelles sanctions économiques, les erreurs internationales ne manquent pas.
Le parcours inédit du prêtre puis président Aristide qui avait rallié en 1990 la bourgeoisie progressiste, les intellectuels, une partie des classes moyennes et les masses urbaines et rurales déshéritées participe au désenchan-tement après les années de plomb de la dictature des Duvalier.
« En 1990, comme cela était arrivé pour d’autres candidats auparavant, les deux tiers de la population ont eu un véritable coup de cœur pour le candidat Jean-Bertrand Aristide », rappelle l’historien haïtien Georges Michel. Pour ses détracteurs, le principal défaut du président Aristide est de ne pas avoir su se comporter en « rassembleur » et d’avoir agi en chef de parti avec des hommes de main ayant recours à la violence.
Avec des agressions le 5 décembre contre des étudiants et des responsables universitaires, il s’est mis « hors la loi » et doit partir face au mécontentement grandissant de la population, estiment-ils.
De son côté, le président voit dans le combat mené par ses adversaires la poursuite politique d’un coup d’Etat militaire sanglant, en septembre 1991, qui l’avait contraint à l’exil pendant trois ans. Il interprète aussi les excès de ses partisans armés comme l’illustration de la colère populaire contre ceux qui veulent le renverser à nouveau en l’empêchant de terminer son mandat de cinq ans qui devrait théoriquement s’achever le 7 février 2006.
Le durcissement des positions laisse peu d’espoir à la négociation. Proposé par l’Eglise catholique, un compromis prévoyant la création d’un conseil auprès du chef de l’Etat, représentant la diversité de la population, a été accepté par le président. Il a reçu le soutien des Etats-Unis, principal partenaire politique d’Haïti, mais l’opposition l’a rejeté, le qualifiant de « geste désespéré » de Jean-Bertrand Aristide pour sauver son pouvoir.
(AFP.)

http://www.france-amerique.com/infos/international/intl1.html



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Déc 2008, 00:43    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Mulâtres et Métis du Monde Index du Forum -> Lecture -> Revue de presse Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com